Partager :

De la conscience à l'action

Le 4 avril 2016, publié par Jean-Baptiste Audrerie

 
Coach professionnelle aguerrie et certifiée, possédant un MBA et enseignant en management et en ressources humaines aux cadres et aux dirigeants à HEC Montréal, Geneviève Desautels a quitté de grandes et de moyennes entreprises où elle a travaillé pendant près de seize années pour se spécialiser désormais en développement du leadership authentique. Elle est aujourd’hui fondatrice de sa propre entreprise, qui a vu le jour il y a près de six ans : Univers un monde en soi inc.

Jean-Baptiste Audrerie l'a rencontrée pour parler de son événement « De la conscience à l'action », qui se déroulera le 23 avril prochain.


Jean-Baptiste Audrerie – Geneviève, pourquoi as-tu ressenti le besoin de lancer ta propre entreprise?

Geneviève – Quand j’ai fondé Univers un monde en soi, je voulais créer un endroit de partage du leadership afin de bien définir ce que le mot signifie et de développer cette habileté chez les gestionnaires, les entrepreneurs et les professionnels. Mon intention est que les individus prennent conscience que peu importe leur rôle au sein de l’organisation, ils ont le pouvoir d’être des leaders authentiques inspirants et d’agir en ce sens afin de susciter l’engagement de leurs collaborateurs. Par dessus tout, je souhaite qu’ils passent à l’action en allant vers ce qu’ils veulent vraiment, après avoir pris conscience de qui ils sont réellement.


J.-B. A. – On parle de plus en plus souvent d’authenticité. Comment définis-tu le leadership authentique?
 

G. D. – Le leadership authentique est pour moi une façon de prendre conscience de nos talents et de les mettre à profit dans l’organisation, peu importe le rôle que nous assumons, mais tout en respectant qui on est. En sachant qui nous sommes, en nous connaissant mieux, en sachant qu’est-ce que l’on fait, nous saurons offrir un meilleur coaching à nos employés, car nous respecterons nos valeurs, tout en respectant celles de nos employés.

Le leadership authentique, ce n’est pas d’être un leader seulement en fonction des archétypes sociaux que nous avons développés au fil des années, mais bien en fonction de qui nous sommes.


Nous sommes des influenceurs à tous les niveaux dans l’entreprise, et nous pouvons miser sur qui nous sommes pour influencer autrui et susciter l’engagement.



 

J.-B. A – Comment es-tu passée de la conscience à l’action?


G. D. – Je voyais de nombreuses personnes sortir d’un atelier ou d’une conférence, et dire bien se sentir, vivre un moment de bien-être. Toutefois, le lendemain, il ne se passait plus rien avec la formation ou l’atelier.

Je me suis donc imposée comme mission de dépasser le cap de l’inspiration, et de transformer cette énergie en énergie d’action. J’ai donc créé un processus en quatre étapes, qui peut servir à toute la population :
 
  1. Observer l'éveil de sa conscience
  2. Nommer son intention
  3. Enclencher le mouvement
  4. Être et agir dans l'action
Mon désir est que les gens investissent en eux pour garder leur valeur. Qu’ils débarquent de leur pilote automatique, et qu’ils prennent conscience de qui ils sont. Ce qui est triste, c’est que les gens attendent souvent après un événement déclencheur malheureux (par exemple la perte d’un conjoint, d’un emploi, ou même un divorce) avant d’investir dans eux-mêmes. Mais soyons notre déclencheur! Soyons volontaires!


J.-B. A. – Comment les gens peuvent accroître leurs facultés, leur prise de conscience si cela est le point de départ d’un comportement de leader?

G. D. – La première chose à faire est simple! Respirer! Ainsi, on entraîne son mental, on travaille sur le muscle de la conscience, et cela nous permet de devenir notre propre observateur. Ensuite, on peut s’élever, pour avoir une perspective plus globale de la situation.

Il est préférable de faire des choix conscients. Par exemple, savoir pourquoi nous avons choisi tel poste ou telle fonction. Ensuite, il faut transformer ce bagage en intention, et la nommer. Puis, il faut enclencher le mouvement.






J.-B. A. – Dans le monde en perpétuel changement, n’est-ce pas justement la recette du bonheur que de gouverner ses actions et de se définir dans son propre rôle?


G. D. 
– Oui, pour moi, c’est LA façon de bien vivre. Du moment que le leadership est centré sur qui nous sommes, c’est du leadership authentique. Il faut être le leader de notre propre vie. Les gens sont souvent tellement mieux quand ils sont alignés avec qui ils sont. Ils font des choix, et savent pourquoi ils les font. Ils les assument ainsi plus facilement.

Cela peut par la suite se répliquer au travail. Quand les gens sont bien avec eux-mêmes, ils ne se demandent pas quelles sont leurs motivations, ils les connaissent.

Ils sont ainsi en mesure de mieux travailler en équipe, puisqu’ils se connaissent bien et ne se sentent pas menacés par les autres. Au contraire, ils installent une belle complémentarité dans l’organisation.

Prendre le leadership de sa propre vie et le transposer à ses employés permet ensuite à ceux-ci de prendre le leadership de leur propre vie et de le transposer à leur tour. 

Pour moi, l’ouverture que nous avons par rapport à nous-mêmes nous amènera à nous montrer ouverts aux autres.






J.-B. A. – Quel exemple concret as-tu observé à propos d’un gestionnaire qui a fait une prise de conscience et qui est finalement passé à l’action?

G. D. – J’ai justement rencontré un très haut potentiel récemment qui était perçu comme une belle relève dans l’organisation. Quand je l’ai rencontré, je lui ai seulement posé une question : « Qu’est-ce que tu veux vraiment? »

En entendant son silence, il a lui-même réalisé qu’il voulait simplement être heureux. Aussi simple que ça! Alors nous nous sommes donné les moyens pour qu’il le soit.

Dans son tourbillon entre sa vie personnelle et professionnelle, nous avons réalisé que lorsqu’il était au travail, il pensait à ses enfants, et lorsqu’il était à la maison, il se sentait mal à l’aise de ne pas travailler. Nous l’avons aidé à se recentrer sur le moment présent, à diminuer son sentiment de culpabilité et à profiter du moment présent.



J.-B. A. – Pour ton événement, qui aura lieu le 23 avril prochain, comment as-tu choisi les ambassadeurs du leadership authentique?

G. D. – Tout d’abord, pour les conférenciers, j’ai choisi Julie Carignan parce qu’elle incarne tout à fait ses propos. Julie est une maman investie qui offre une performance saine et durable. Les gens qui la rencontrent la trouvent très inspirante, et aimeraient avoir le même courage de priorisation. Si Julie a pris un engagement personnel, elle n’hésitera jamais à le dire à ses clients, qui la respectent pour sa franchise et sa capacité à s’affirmer.

Ensuite il y aura Joan Roch, ultra-marathonien, père de trois enfants, qui a réussi à transformer toutes ses contraintes en opportunités. Pour lui, tout est simple, et il n’y a pas de freins à ce que l’on peut accomplir. Il animera la conférence « Comment tirer profit de ses contraintes ».

J’ai ensuite choisi Nicolas Duvernois pour son parcours, et parce qu’il a réussi à enclencher le mouvement. Nicolas est passé de concierge à PDG, et du « je le veux » à « je le fais »! Son parcours est très inspirant. Il est même passé à l’émission Tout le monde en parle récemment pour parler de son nouveau produit québécois : la vodka. Nicolas donnera une conférence intitulée : « Comment j’ai enclenché le mouvement.  »
 
Finalement, je donnerai la conférence « De la conscience à l’action ». Je décrirai et expliquerai les différentes étapes du processus de façon à ce que chacun puisse le mettre en pratique sur le plan individuel, avec leurs équipes de travail et même sur le plan organisationnel.
 
Pour réellement vivre et expérimenter le processus de la conscience à l’action, il y aura, en plus des conférences, quatre ateliers pratiques. Ainsi, Manon Lavoie donnera l’atelier « Observer l’éveil de la conscience », Julie Carignan et moi-même donnerons celui sur « Nommer l’intention », Annie Gauthier et Catherine Landry celui intitulé « Enclencher le mouvement », et finalement, en après-midi, Joan et moi-même donnerons « Être et agir dans l’action ».

Pour ceux qui préfèreront travailler de façon plus précise sur leur projet, suivre des ateliers et être dans l’action, j’ai choisi trente coachs qui seront sur place afin d’accompagner les participants de façon individuelle.









Jean-Baptiste Audrerie – Merci beaucoup Geneviève pour cette entrevue. Nous te souhaitons un grand succès pour ton événement, et te suivrons avec attention sur ton blogue.



Entrepôts Dominion
3968 rue Saint-Ambroise
Montréal, QC H4C 2C7
(Métro St-Henri)
Stationnement disponible à l’arrière à 5$ pour la journée. 



OFFRE SPÉCIALE POUR LES CLIENTS DE SPB
Admission 210 $ au lieu de 250 $ (repas du midi inclus)
 
OFFRE POUR VOS ÉQUIPES
12 billets au prix de 10 billets soit 2 500 $
 
Plus que quelques places disponibles
Admissible à la loi du 1% en formation.



Directeur marketing, Jean-Baptiste Audrerie possède 20 ans d’expérience en évaluation des talents et en gestion de carrière. Architecte de solutions d’attraction et d’évaluation des talents, il est également le concepteur de programmes de développement des compétences et du leadership à l’ère du numérique. Il conjugue les sciences du comportement et les technologies avec les enjeux d’affaires des ressources humaines. Il met régulièrement à jour un blogue sur les tendances en RH et sur les transformations digitales.

 



 


  • Communiquez avec nos experts !SPB Psychologie organisationnelle est là pour vous aider

 Security code

 

Vous pouvez aussi nous écrire à :

[email protected]
Ou bien nous téléphoner 1-888-772-1022